Les astuces de Yael pour trouver un job salarié à Singapour

Yael est expatriée à Singapour. Elle est coordinatrice dans le secteur associatif. Elle vous partage ses astuces pour trouver un emploi salarié à Singapour.

Astuce #1 : Singapour ou la force des réseaux professionnels pour trouver un job

Yael ColletC’est en participant à un atelier à la Chambre de commerce française à Singapour que j’ai eu le premier contact avec mon employeur !

Je voulais me donner un peu de temps à mon arrivée pour installer ma famille mais j’avais quand même posé des bases rapidement pour ma recherche d’emploi en contactant la Chambre de commerce française (qui a un département recrutement) et en m’inscrivant à des ateliers d’aide à la recherche d’emploi. Je venais de réceptionner les cartons du container quand j’ai vu l’annonce un peu par hasard: le job idéal pour moi, impossible de ne pas postuler.

La semaine d’après, au premier atelier, la personne qui animait était…la recruteuse ! Je suis allée à cet atelier comme si j’allais à un entretien. A la fin, en mode complètement décomplexée (presque trop !), je suis allée lui parler de l’annonce, lui dire que c’était « le job de mes rêves » et lui demander combien de temps elle me laissait pour refaire mon CV pour candidater. Je me souviens encore de la tête qu’elle a faite ! 3 entretiens et 3 semaines après, j’avais la réponse positive, pour mon plus grand bonheur.

Et de manière générale, réseauter, participer à des évènements (comme ceux de l’Association française de Singapour et sa section pro) regarder les bons sites (comme le Bottin) ou réseaux sociaux (groupes francophones à Singapour), rencontrer des personnes dans différents cercles, est une des meilleures façons de trouver un job à Singapour.

Astuce #2 : Profiter du temps de la recherche d’emploi pour s’engager aussi dans d’autres activités valorisables par la suite

Dès le départ, j’avais accepté que la recherche pourrait être longue (en moyenne 6-9 mois à Singapour). J’étais réaliste: si c’était plus tôt, tant mieux, mais si ca tardait, au moins j’y étais préparée. Je conseille de prendre ce temps parfois long sous forme constructive et en profiter pour faire quelque chose de valorisable (bénévolat de compétences, MOOC, cours de langues etc…) et stimulant intellectuellement (pour un meilleur équilibre aussi car passer du statut de personne active à personne au foyer n’est pas facile).

Astuce #3 : Bien cibler sa recherche : quel métier et quel secteur ?

Singapour est un lieu dynamique économiquement avec des entreprises de secteurs très différents. Les opportunités d’emploi existent même si ce n’est plus l’eldorado d’il y a quelques années.

Etre bien au clair sur ce qu’on recherche peut sembler pour certains une évidence. Cependant cette étape est nécessaire. Certains choisiront de poursuivre dans le même secteur et même métier. D’autres choisiront pour différentes raisons de s’ouvrir à de nouveaux secteurs d’activité. Il sera alors nécessaire de se renseigner sur le contexte, les enjeux économiques, les codes de ce secteur et du pays dans lequel vous vivez, etc… D’autres encore décideront de profiter de cette nouvelle recherche d’emploi pour changer de métier.

Idéalement, cette réflexion sur l’évolution professionnelle est à avoir avant de partir (quand c’est possible: que le projet est maturé et non pas soudain). J’avais pu effectuer un bilan de compétences en France quelques mois avant le départ et cela m’a permis rapidement de savoir ce que je souhaitais faire dans l’absolu. Sur place, il est également possible de le faire mais il y a à l’arrivée tellement de repères et paramètres nouveaux que cela peut etre vite déstabilisant.

Une fois que vous serez au clair sur vos attentes et ce que vous recherchez, vous pourrez alors organiser votre recherche avec une vraie stratégie : qui contacter, quelles entreprises/structures/associations, etc…

Et un conseil, ayez le même discours (le fameux elevator pitch !) auprès de chaque personne rencontrée. Tout se sait ;-)!

Astuce #4 : Se renseigner sur les codes de la recherche d’emploi à Singapour et ne pas hésiter à se faire accompagner

La manière de rechercher un emploi est complètement différente de la France. A Singapour, le CV doit être de plusieurs pages, le profil LinkedIn doit être parfait et tout fonctionne en réseau. Il faut s’adapter aux nouveaux codes !

Astuce #5 : Plusieurs types de visas de travail à Singapour

Il existe actuellement différents visas permettant de travailler à Singapour pour les non singapouriens ou résidents permanents.

Le principal, qui permet de séjourner à Singapour, est l’Employment pass. Pour l’obtenir, il faut justifier entre autre d’une vraie expertise en tant qu’étranger. L’autorisation de résider à Singapour, au-delà du visa touriste, dépend de ce pass.

De surcroit, il y a également par exemple les dependant pass, liés à l’Employment pass du conjoint quand le couple est marié. Avec un dependant pass, il n’y a pas de quota pour les étrangers recrutés. Il faut ensuite demander une autorisation supplémentaire au Ministère singapourien de l’emploi pour travailler. Comme son nom l’indique, c’est un pass ‘ dependant’ ce qui veut dire que si la personne titulaire de l’employment pass perd son emploi par exemple, celui ayant le dependant pass tombe également…

La législation en terme de visa de travail pouvant être modifiée à tout moment, renseignez-vous bien au préalable.

Astuce #6 : Se mettre dans un état d’esprit positif

Cette astuce vaut pour Singapour comme ailleurs !

Je reconnais la part de chance que j’ai eue de trouver rapidement un poste comme salariée. Mais pendant tous mes entretiens, j’y suis allée motivée avec une part de confiance et en sachant justifier chaque ligne de mon CV. Regardez votre parcours professionnel avec la positive attitude car lors du processus, les recruteurs ont pris en compte mes expériences passées et sans aucune question piège (oui ca existe !).

Et puis un entretien, c’est une rencontre entre un professionnel et un autre professionnel ! La posture et l’état d’esprit sont donc très importants pour décrocher le job.