Recherche d’un job après une expat: attendez-vous à un possible choc culturel!

Woman with big goals carrying large box. Career challenge target conceptVos cartons sont presque faits et le retour « à la maison » est maintenant imminent, après plusieurs années à l’étranger. Faut-il commencer à rechercher un travail ou un projet professionnel avant d’être rentré? Ou bien, faut-il attendre d’avoir poser ses valises? Quels conseils pour préparer au mieux ce retour au pays? Est-ce difficile?

Sandrine Puichaffret a passé quelques années à Dubaï, après avoir vécu en Espagne et aux USA. Elle a travaillé dans les Emirats comme Directrice de la Communication d’une société Internationale sur la zone Afrique et Great Middle East. Lors de son retour à Paris, elle a senti un fort décalage culturel. Elle nous raconte les difficultés de ce retour et nous partage ses conseils pour traverser ce choc culturel.

Quel est ce choc culturel du retour?

Lors de mon retour en France, un gros coup de blues m’a d’abord submergé. Inattendu. Et puis j’ai pu nommer ce qui était difficile pour moi: je vivais un choc culturel. Certains codes de mon pays d’origine m’étaient devenus inconnus: tant pour la vie personnelle que pour la vie professionnelle.

  • J’ai eu le sentiment que tout avait rétréci à Paris : la taille des immeubles, les routes, … Dubaï me semblait au contraire tellement ouvert et immense.
  • J’ai aussi eu l’impression d’un décalage avec mon entourage proche. Pourtant, pendant toute mon expatriation, je rentrais régulièrement, le lien avec mes proches a toujours été présent. L’expatriation m’avait changée, certainement.
  • J’ai vécu et travaillé dans un environnement professionnel « anglo-saxons » depuis de très nombreuses années, avec des codes bien éloignés de ceux des français. Je ne comprenais pas, par exemple, pourquoi mon CV long de 2 pages ne convenait pas au recruteur français. Une page suffit en France (que l’on est 5 ou 20 ans d’expérience) alors qu’au contraire on doit être le plus exhaustif possible dans le système anglo-saxon.
  • Autre challenge, les annonces de postes français! C’était difficile de trouver l’équivalence de la fonction que j’avais occupée. Et oui, à chaque pays ses intitulés de job ! Il m’a fallu de l’aide pour décrypter, décoder.
  • Et puis le marché, le networking ou la recherche d’emploi évolue vite et très différemment d’un pays à l’autre.

Quels conseils pour traverser ce choc culturel?

Chacun vivra différemment son retour, selon son expérience avant de partir, pendant son expatriation, le type d’emploi qu’il avait, ce qu’il veut désormais vivre … Il n’y a pas UNE solution ou UN conseil, mais DES pistes qui peuvent aider ceux qui sont sur le retour et qui souhaitent poursuivre une activité professionnelle. Voici les conseils de Sandrine:

  • Quand cela est possible, préparer son retour

Lorsque j’étais encore à Dubaï, je travaillais. Il m’aurait été plus facile de réfléchir les derniers mois avant de rentrer à mon parcours, ce que j’avais déjà réalisé, mes talents, mes attentes, mes besoins. Car une fois en France, le choc culturel que j’ai ressenti a ralenti ma réflexion.

Il est aussi temps de dire à ses ex amis-collègues qu’on rentre, après leur avoir fait vivre à distance vos pérégrinations. Ils pourront en toute bienveillance vous donner un retour sur le marché de l’emploi ou le type de profil recherché par les recruteurs dans votre secteur d’activité ou si des formations sont nécessaires et lesquelles… Un vrai gain de temps ! Et c’est aussi un premier petit pas pour réactiver son réseau ce qui est primordial dans une recherche d’emploi.

  • Demander des recommandations professionnelles à chaque expérience

A chacune de vos expériences, pensez à demander à vos managers, collègues de recommander vos compétences et d’écrire un feedback sur LinkedIn notamment. Une fois de retour, il est plus compliqué de les solliciter !

  • Se faire accompagner pour valoriser son expérience et se réadapter aux codes culturels professionnels de notre pays

J’ai participé à un Job Booster Cocoon – organisé par Expat Communication. C’est un groupe de 8 à 10 personnes de recherche active d’emploi de conjoints impatriés et d’expatriés de retour. L’objectif est de définir un projet professionnel et repartir les idées claires avec une confiance retrouvée. La bienveillance dans ce groupe a été précieuse pour moi. J’y ai vraiment pris conscience de mes compétences acquises en expatriation transférables dans le monde du travail, me réapproprier mes expériences passées tout au long de ma vie pro, identifier mes talents et mes envies professionnelles actuelles, et donc de pouvoir mieux les exprimer en entretien d’embauche.

  • Ne pas rester seul(e)

Grâce au Job Booster Cocoon, j’ai pu rencontrer des personnes qui partageaient les mêmes questionnements que moi et qui me comprenait. Je m’y suis fait des amies. Un vrai souffle pendant cette période de réadaptation! Je recommande aussi les cafés retours qui sont organisés par Expat Communication, et par d’autres associations telles que la FIAFE. Entourez-vous de personnes bienveillantes et sortez de chez vous.

  • Etre doux(ce) avec soi-même

S’accepter, accepter de prendre le temps de cette nouvelle mue intérieure, prendre le temps de ce retour. Cela demande tellement d’énergie, c’est littéralement épuisant! Prenons en conscience! Et si ça ne va pas aussi vite que souhaité, regardez le chemin parcouru et toutes les extraordinaires choses que vous avez vécus !

Pour conclure

A mon retour, je suis devenue auto-entrepreneur et j’ai accompagné des start-ups internationales dans l’ensemble de leur positionnement marketing, définition de leur identité, de leur communication sur les réseaux sociaux ou de la création de leur contenu pour leur site web en français et en anglais pour atteindre leur clients potentiels… Je donne aussi ponctuellement des cours en communication et marketing dans des écoles d’ingénieurs ou de commerce.

Ces missions ont été un moyen pour moi de mieux appréhender les spécificités du marché français tout en restant active, et de mieux orienter ma nouvelle recherche d’emploi.

Une nouvelle expatriation?

Pourquoi pas! Je suis toujours à l’écoute d’opportunités professionnelles et prête à rejoindre une Direction marketing / communication digitale pour définir et mettre en œuvre des plans d’actions innovants et fédérer les équipes dans une société internationale en France ou pourquoi pas à l’étranger. Les nouvelles technologies me passionnent et l’environnement anglo-saxon me manque!

Sandrine Puichaffret 

13173748_10154019367048819_796841233230719354_n