5 conseils pour un entretien d’embauche en anglais réussi.

Teacher do you speak EnglishUn entretien d’embauche en anglais à passer bientôt? Et vous n’avez pas eu le temps de partir 6 mois en immersion pour parfaire votre English avant ? Ou au contraire, vous pratiquez l’anglais déjà assez souvent avec d’autres expats, mais du coup, des mauvaises habitudes se sont installées ?

Pas de panique! Pour vous mettre sur le bon chemin et vous aider à mettre votre anglais au niveau que le recruteur cherche, voici 5 conseils pour que votre entretien d’embauche en anglais soit une réussite.

Conseil #1: N’utilisez pas les mêmes temps qu’en français

Dans un entretien, vous allez parler de votre expérience, de vos projets passés, vos activités actuelles, vos souhaits pour la suite de votre carrière. Autrement dit, il va falloir mélanger plusieurs temps. Rien que pour répondre à “Tell me about yourself,” il faudra conjuguer les verbes au past simple, present perfect simple and continuous, present simple, future…

Souvent, j’entends des présentations comme “Hello, I’m Aurélie, I work in my current job since 4 years. Before, I work as a financial analyst in Paris. I worked in 3 different companies in my career…”. Dans cet exemple, Aurélie a fait l’erreur d’utiliser les mêmes temps qu’elle aurait employé en français. Mais les conjugaisons anglaises ne fonctionnent pas toujours comme leurs homologues français.

Vous direz plutôt “Hello, I’m Aurélie, I’ve been working in my current job for 4 years. Before, I worked as a financial analyst in Paris. I’ve worked in 3 different companies in my career…”

Pensez donc à réviser vos temps et entraînez-vous à les utiliser correctement pour parler de votre passé, votre présent et votre futur avec le temps approprié.

Conseil #2: Révisez le vocabulaire lié à l’emploi

Dans le vocabulaire lié à la carrière et à la recherche d’emploi, il y a beaucoup de faux amis. En voici quelques uns que vous pouvez facilement éviter :

  • An application = une candidature (et non “a candidature”, qui est plutôt réservé pour des doctorants et des politiques)
  • A skill = une compétence (et non “a competency,” ce qui est employé beaucoup moins fréquemment)
  • A job ad = une annonce (et non “a job announce.” À la limite “job announcement”, mais “job ad” est plus courant)
  • To apply for a job = postuler à un emploi (et non “postulate for a job” ou “to candidate for a job”, qui ne sont pas des expressions anglaises)
  • To look for a job = recherche un emploi (et non “research a job.” On peut dire “search for a job”, mais “to look for a job” reste plus courant)
  • Your position = votre poste (et non “job post” qui est un synonyme d’annonce d’emploi)
  • A pay raise = une augmentation (et non “a salary augmentation”, qui n’est pas de l’anglais)
  • Currently = actuellement (un grand classique. “Actually” signifie “en fait” et est souvent employé pour corriger quelqu’un. Dites plutot ‘I’m currently working at IBM” au lieu de “I’m actually working at IBM.

Si ces expressions ne vous sont pas automatiques, entraînez-vous à haute voix et faites un effort pour corriger vos mauvaises habitudes.

Conseil #3: Anticipez les questions qu’on pourrait vous poser

Parfois, il n’est pas facile de distinguer “what” de “when” ou “where” quand le recruteur parle rapidement ou sans articuler clairement. Parfois, dans les expressions “How much…”, “How many…”, “How long…”, “How soon…”, etc., vous pouvez louper le petit mot qui donne à la question tout son sens.

Si vous pouvez anticiper quelques questions fréquentes, cela vous aidera à saisir le sens probable de la question.

Voici quelques questions fréquentes à savoir reconnaître instantanément :

  • What was one project that you enjoyed working on?
  • When did you become a manager? / a department director? / responsible for….?
  • Why did you leave your last job?
  • When are you available to start working?
  • How long have you been looking for a job?
  • How long were you in your last position?
  • How many people did you oversee in your last position?
  • How much advanced notice do you need to give to your current employer?

Quand on voit les questions écrites, elles paraissent claires et faciles à comprendre. Mais avec le stress de l’entretien, et selon l’accent et la vitesse avec lesquels le recruteur parle, ce n’est pas toujours clair. En anticipant les questions, vous aurez plus de chance de vous en sortir.

Conseil #4: Ne traduisez pas des expressions mot à mot

Quand on ne connaît pas une expression, on peut avoir tendance à traduire mot à mot. Ça donne des phrases comme “I wanted that the company give me opportunities” ou “I suggested to the client a solution.” Les mots clés sont là, donc le recruteur pourra (peut-être) comprendre, mais ça lui demande un effort supplémentaire. Il verra aussi que, si vous êtes amené à parler anglais souvent dans votre poste, le risque de malentendus (et donc d’erreurs) sera plus grand.

Pour corriger votre syntaxe, voici une astuce. Vous pouvez aller sur YouTube et chercher une vidéo qui répond à une question qu’on pourrait vous poser en anglais. Ecrivez votre réponse à la question avant de regarder la vidéo. Ensuite, regardez la vidéo (avec les sous-titres si vous en avez la possibilité). Comparer votre réponse à celle présentée dans la vidéo. Trouvez-vous des expressions similaires ? Quel est l’ordre des mots ? Notez ces différences et entraînez-vous à intégrer les phrases corrects dans vos réponses.

Conseil #5: Evitez les petites erreurs “de base”

Un mot en français glissé dans une phrase en anglais, des phrases longues et complexes où soudain, vous perdez le fil de ce que vous vouliez dire, une prononciation à la française des mots qui sont pareils dans les deux langues… Autant de “petites erreurs” qui ajoutent, certes, une petite touche “Frenchy” à vos discussions entre amis internationaux, mais qui nuisent à votre crédibilité dans un entretien.

Si le recruteur vous demande de parler anglais, c’est que vous aurez sûrement besoin de communiquer avec des personnes qui ne parlent pas français dans votre poste.

À propos de la prononciation, il ne s’agit pas de chercher à perdre votre accent (tout le monde a un accent, ne vous inquiétez pas!), mais simplement de soigner votre prononciation, l’intonation, l’accentuation des syllabes.

Quant aux phrases, rappelez-vous qu’une série de phrases courtes et claires valent mieux qu’une phrase qui durent 2 minutes. Votre discours sera plus facile à suivre, plus « fluency ». Si vous cherchez à faire des phrases avec des structures inutilement complexes, vous risquez de vous emmener les pinceaux. tomberez dans le piège.

Si vous butez sur un mot, et que le mot français est le seul à vous venir à l’esprit, vous pouvez essayer de décrire ce que vous voulez dire, ou recommencer votre phrase autrement. Cette pratique fait partie du langage parlé, même pour les natifs. Il n’y a aucune honte à avoir à recommencer sa phrase.

Conclusion

Si vous avez 1 semaine pour préparer votre entretien alors que ça fait 5 ans que vous n’avez pas pratiqué, votre anglais ne sera peut être pas parfait. Mais les petites fautes sont moins graves que quelqu’un qui n’ose pas s’exprimer, qui s’excuse à chaque bout de phrase avec “I’m sorry for my bad English,” ou qui, au contraire, prend une attitude “je parle parfaitement anglais” quand c’est loin d’être le cas.

Ce que vous cherchez c’est le juste milieu. Corrigez les fautes qui révèlent des lacunes dans les bases. Montrez une certaine aisance à vous exprimer (cela vient de l’entraînement). Préparez votre entretien pour que votre anglais soit efficace pour le poste demandé.

Après tout, le recruteur veut voir si vous avez les compétences pour le poste!

 

Christina Rebuffet-BroadusChristina Rebuffet
Christina est Américaine, expatriée en France depuis 2004. Elle accompagne ses clients pour les aider à mieux communiquer avec leurs collègues anglophones. Elle a créé notamment 
The Ultimate Guide To A Perfect CV in English .