Trouver un emploi salarié au Japon, comment s’y prendre?

NathaelleEst-il possible de trouver un job à Tokyo? Faut-il parler japonais? Le rythme de travail japonais est-il compatible avec une vie de famille expatriée?

Nathaëlle nous raconte son parcours professionnel de multi-expatriée et son expérience de salariat au Japon. Elle nous livre 5 conseils pour trouver un job au Japon.

Quel était ton parcours professionnel avant ton arrivée au Japon? 

Dès la fin de mes études, je suis partie en Californie dans la cadre d’un VIE pour la société Pierre Fabre. En 2007, j’ai rejoint la Société de Cosmétique l’Occitane à Paris. J’ai pu y développer de nombreuses compétences et j’ai évolué dans mes fonctions. J’ai travaillé dans le marketing opérationnel, le commercial et après 4 ans je suis devenue DG du « Couvent des Minimes », une filiale de l’Occitane. Nous avons eu l’opportunité en 2013 de partir vivre en famille à NewYork. L’Occitane m’a alors proposé un poste de Directrice des Opérations Retail – j’ai travaillé sur la digitalisation des points de vente, un projet passionnant!

Lorsqu’à la fin de l’été 2015, mon mari a été muté au Japon, j’ai espéré que l’Occitane me propose une mission là-bas.

Comment as-tu trouvé un emploi salarié à Tokyo?

Les trois premiers mois d’adaptation ont été difficiles (même faire mes courses pour remplir son frigo n’était pas simple!). Alors j’ai commencé à prendre des cours de japonais intensifs, tous les jours.

Dès mon arrivée, j’ai rencontré les responsables de L’Occitane. Ils m’ont clairement dit que tant que je ne parlais pas le japonais, je ne pourrais jamais espérer être embauchée. J’ai finalement été recrutée par l’Occitane pour une mission à temps partiel dans l’équipe de Digital pour aider à coordonner la stratégie entre les équipes locales et le Head Quarter basé en France. Etre française, avec une bonne connaissance de l’entreprise et de ses process a été un atout.

Après 7 mois, ils m’ont offert un poste à temps plein. Je suis en charge notamment du CRM.

Parler japonais pour trouver un job à Tokyo, est-ce vraiment un incontournable?

Je travaille en anglais au bureau. Mais quand nous ne parlons pas de travail et que le contexte est décontracté, je m’efforce de parler en japonais. C’est un symbole important à mon sens: il est un signe de motivation et de volonté de s’intégrer dans la culture locale. Même si je n’ai pas le vocabulaire professionnel « technique », je peux maintenant être en interaction avec les personnes de mon équipe. Je comprends même parfois les blagues!

J’ai commencé mes cours dès mon arrivée au Japon et je n’ai jamais arrêté. J’ai un professeur qui vient au bureau de L’Occitane tous les jours.

Quelles ont été les démarches administratives nécessaires (visa etc..)?

Avec l’aide d’un avocat, l’Occitane s’est occupé de toutes les démarches administratives. J’ai obtenu mon visa de travail en 6 semaines.

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui cherche un travail au Japon?

  • Etre vigilant pour garder un équilibre vie pro-vie perso: le rythme de travail au Japon est très dense, il n’y a que 2 semaines de congés par an.
  • Rejoindre le réseau professionnel francophone FAJ: de nombreuses propositions d’évènements, ateliers vous permettront d’avoir des infos, des contacts et du support dans votre recherche.
  • Apprendre le japonais et maitriser l’anglais: cela vous sera utile tant dans votre projet professionnel que dans votre quotidien!
  • Garder de bonnes relations avec vos précédents employeurs!
  • Et enfin accepter de faire des compromis, notamment entre la valorisation d’une expérience pro et la rémunération. Pas toujours simple!