CV en anglais : 5 erreurs fatales que vous pouvez facilement éliminer

personnage cvSaviez-vous qu’en moyenne, un recruteur passe 6 secondes sur un CV avant de décider de le garder ou non. 6 secondes seulement! C’est court! Comment être sûr que votre CV passera le cap de ce premier tri et qu’il donnera envie au recruteur de vous appeler ? Et qui plus est, comment savoir si votre CV, que vous avez traduit en anglais, correspond aux attentes des recruteurs?

Allez cherchez votre CV en anglais! Nous allons le travailler ensemble pour qu’il retienne toute l’attention du recruteur. Vous êtes prêt(e)? C’est parti!

Erreur #1: trop d’informations personnelles

En anglais américain, un CV se dit le plus souvent “a resume.” Parfois, on a l’impression que certains candidats imaginent que ce document doit résumer, en plus de leur parcours professionnel, toute leur vie personnelle : son âge, sa situation maritale, s’il a un permis de conduire, …

Sur un CV en anglais (et peut-être également en français, d’ailleurs…), ces informations n’ont pas leur place et peuvent être une source de discrimination. Notamment aux USA, où un recruteur ne prendra même pas en compte un CV s’il est indiqué l’âge du candidat ou le nombre d’enfants, ni un CV avec une photo.

Pour le permis, nul besoin de le préciser, sauf si c’est une exigence pour effectuer le travail demandé, pour un poste de livreur, par exemple. On suppose que vous l’avez, ou que cette information n’est pas pertinente.

Que faut-il mettre en haut de votre CV alors ?

Les informations qui permettent au recruteur de vous contacter : prénom suivi de votre nom de famille, l’adresse postale, votre ville, code postal et pays si vous postulez à l’étranger. Ensuite viennent votre adresse mail, numéro de téléphone avec le code de pays pour un poste à l’étranger, et éventuellement un site web pro le cas échéant.

Et c’est tout!

Erreur #2: une introduction ennuyeuse

Le haut de votre CV est, comme on dit en anglais “prime real estate.” Cela veut dire que vous voulez y mettre une phrase qui accrochera tout de suite l’attention du recruteur, quelque chose qui lui fera dire “Ah, intéressant… Je vais continuer à lire…”

Voici un exemple de ce qu’il ne faut pas faire :

“Objective: Administrative position with focus on client relations & customer service.”

Le premier problème:  La phrase est formulée du point de vue du candidat : “Quel est MON objectif à moi ?” N’oubliez pas que vous proposez votre profil à l’entreprise. Ce qui intéresse le recruteur, c’est ce que vous apportez à cette entreprise.

Le deuxième problème:  Mis à part que vous avez lu et compris l’annonce pour le poste, cette phrase ne dit rien sur vous. Tous les autres candidats pourraient mettre la même chose sur leur CV. Cette phrase ne rend pas votre profil remarquable, au contraire.

En anglais, on parle de “branding statement” pour accrocher l’attention du recruteur et mettre en valeur son profil et l’expérience que vous apportez à l’entreprise. Un branding statement résume en quelques lignes vos accomplissements les plus intéressants pour l’entreprise à laquelle vous postulez.

Voici un exemple pour un candidat dans le marketing en ligne qui postule pour un poste où les connaissances en SEO sont essentielles : “Creative online marketer who has leveraged high-level SEO and social media skills to dramatically increase page views.”

Pour plus d’exemples et une explication de comment créer votre propre branding statement étape par étape, regardez cette leçon vidéo.

Erreur #3: vos diplômes en V.O.

La France compte plusieurs écoles prestigieuses et un système d’éducation rigoureux. Mais sur le marché de travail international, rares sont les recruteurs qui comprennent le système des diplômes français. Un CAP ? BTS ? DUT ? Un recruteur étranger n’aura aucune idée de quoi vous parlez !

  • Vous pouvez gardez le titre de votre diplôme en français, mais pour permettre au recruteur de comprendre de quoi il s’agit, indiquez également son équivalent dans le système d’éducation local.
  • Autre possibilité : indiquez une équivalence dans le système anglo-saxon. Le système anglo-saxon est suffisamment connu au niveau international pour que le recruteur comprennent le niveau de votre diplôme si vous donnez son équivalent anglo-saxon.
  • Quant au nom de l’école, n’oubliez pas de préciser où elle se trouve et éventuellement de quelle type d’école il s’agit, comme une Business School, University, ou autre.

Voici un exemple : Maîtrise in human resource management (Equivalent to an MSc), EMLYON Business School (Lyon, France)

Pour vous aider, voici quelques équivalences de diplômes français dans les systèmes britannique et américain :

Image 1 - équivalences diplômes

 

Erreur #4: la mention de votre niveau d’anglais: “read, written, spoken”

“Si quelqu’un met cette phrase sur son CV, je suppose automatiquement qu’il ne parle pas anglais. C’est une phrase courante qu’on voit tout le temps, mais qui ne veut rien dire,” parole de recruteur. Autrement dit, évitez de mettre “English: Read, written, spoken” sur votre CV en anglais.

Que faut-il mentionner, alors?

  • Si votre niveau d’anglais est bon, vous pouvez indiquer “Fluent spoken English.” Cela ne veut pas dire que vous êtes bilingue, mais que vous êtes tout à fait capable de communiquer aisément dans les situations que vous rencontrez.
  • Si votre niveau est suffisant pour vous permettre de faire votre travail en anglais sans trop de difficultés, indiquez “Professional spoken English” ou “Professional written English” selon le cas, ou simplement “Professional proficiency.”

Bien sûr, si vous avez obtenu un bon score à un examen: TOEIC, BULATS ou autre, mentionnez le, c’est un indicateur concret et chiffré de votre niveau, qui parle à la plupart des recruteurs.

Voici une formule que vous pouvez utiliser pour décrire votre niveau d’anglais pour donner une idée claire au recruteur :

Image 2 - niveau d'anglais

Un exemple :

Fluent spoken English: regular conf calls, welcoming visitors, communicating by phone

Cliquez ici pour voir une leçon avec d’autres exemples

Erreur #5: l’absence de VOS accomplissements

Dans le monde anglo-saxon, les résultats comptent. Nous aimons les chiffres, les données, les résultats concrets. Si la rubrique “Career Experience” de votre CV se lit comme une suite de descriptifs des postes que vous avez tenu, vous avez grandement besoin d’améliorer cette partie.

La plupart de candidats se contentent, en effet, de simplement lister les activités liées à leurs postes. On trouve souvent des descriptifs fadent comme ““Negotiated contracts with suppliers” ou “Managed marketing campaigns.” 90% des candidats pour un poste vont avoir des descriptifs qui se ressemblent. Si vous en faites parti, votre CV ne se démarquera pas du lot.  

Comment rendre vos descriptifs plus parlants ? En ajoutant des chiffres, vos résultats et vos accomplissements. Après tout, c’est votre capacité à obtenir des résultats qu’on veut, en plus de vos connaissances du métier. Un descriptif pour le poste de marketing manager devient tout de suite plus percutant avec des lignes comme “Managed 14 marketing campaigns that averaged a 60% return on investment” à la place de “Managing marketing campaigns.”

Next step?

C’est à vous de jouer maintenant! Désormais, vous connaissez les 5 erreurs à éviter lorsque vous voulez traduire votre CV en anglais. Suivez bien tous ces conseils et vous aurez déjà un avantage sur les autres candidats qui ont simplement traduit leur CV sans prendre en compte ces différences culturelles. 

Et nous vous souhaitons plein de succès dans votre recherche d’emploi!

 

Christina Rebuffet-BroadusChristina Rebuffet
Christina est Américaine, expatriée en France depuis 2004. Elle accompagne ses clients pour les aider à mieux communiquer avec leurs collègues anglophones. Elle a créé notamment 
The Ultimate Guide To A Perfect CV in English .