Méthodologie pour valider son idée de business

Creative and outstanding idea . Mixed mediaCela fait maintenant 8 mois que vous êtes installés dans votre nouveau pays et vous êtes maintenant prêts à regarder votre avenir professionnel. Vos amis envient les posts Facebook de vos weekends exotiques à faire du paddle dans la rivière aux tortues ou marchant sous les cascades mais la réalité est un peu différente. Les derniers mois ont été intenses et épuisants! Trouver vos repères, installer la famille, organiser le quotidien de chacun, essayer de tisser un nouveau lien social et vous sentir bien tout simplement.

Vous avez raison, il est temps de penser à vous et votre avenir !

Et si cette nouvelle expatriation était l’occasion de vous réinventer, de prendre à bras le corps ce projet qui vous tient à cœur depuis quelques années : Devenir entrepreneur !

Que votre idée soit dans votre tête depuis des années ou née d’une visite touristique il y a un mois, il n’y a pas de bonne ou mauvaise idée. Il y a la faisabilité, le business model, votre statut d’expatrié et l’intérêt à mener ce projet.

Aussi, avant de dépenser du temps et de l’argent dans le montage de votre nouvelle activité, il est bon de valider votre idée et vérifier sa pertinence. Il va falloir consacrer un peu de temps et user de méthode pour vous appuyer sur des éléments tangibles et des probabilités afin de confirmer votre future création, abandonner ou juste ajuster votre projet de départ. Ne négligez pas cette réflexion. Cette étape représente les fondations de ce nouveau projet excitant.

Prêts à décortiquer votre idée de business ?

  1. Partagez

Quand on pense avoir trouvé la super idée, le premier réflexe est souvent de ne pas en parler. Et si on me volait l’idée ? Il n’y a pas plus grosse erreur qu’entretenir le syndrome de l’entrepreneur paranoïaque ! Partager, échanger… C’est la première étape pour valider votre idée. En l’exposant, vous allez la faire murir mais surtout le retour des autres va être un bon test ! Sont-ils enthousiastes ? Pensent-ils aussi que vous pouvez changer le monde avec votre idée ? (Attention on ne parle pas de nettoyer l’intégralité des océans mais votre idée peut-elle véritablement apporter quelque chose dans la vie de vos futurs clients ou utilisateurs ?). Par leurs questions, leurs objections, vos interlocuteurs vont vous permettre d’affiner votre projet mais aussi challenger vos premières idées.

  1. Vérifiez

Vous avez l’idée d’ouvrir un Bed and Breakfast au bord du Lac Jackson ou de donner des cours de tissage de Palm au Laos…Il va être important à ce stade, avant de poursuivre votre réflexion, de vérifier les aspects légaux. Avez-vous besoin de diplômes particuliers ? D’autorisations spécifiques ? Cette activité est-elle tout simplement légale ? Les Chambres de commerce pourront vous aider pour cette étape. Ne la négligez pas !

  1. Sondez

Maintenant que vous avez pris la température auprès de votre entourage et que votre projet est un peu plus abouti, il va falloir tester votre idée auprès de votre future cible. Une bonne manière de procéder est d’élaborer un sondage. Les outils gratuits en ligne ne manquent pas et vous permettront d’inonder votre réseau local et vos connaissances de vos autres vies ;-). Interrogez-les sur leurs besoins, les services que vous pensez proposer, vos prix, leurs habitudes… N’ayez pas peur de solliciter vos proches, les groupes Facebook ou Linkedin pour relayer le sondage. Profitez de la viralité des réseaux sociaux pour avoir un maximum de données et de retours. Toutes ces informations vous permettront d’être plus pertinent.

  1. Sortez

Maintenant que vous avez eu les retours de votre entourage immédiat et que vous avez recueilli des éléments tangibles auprès de votre cible : Sortez ! Confrontez votre projet. Les évènements de networking et les réseaux ne manquent souvent pas. CCI, réseaux consulaires ou associations d’entrepreneurs, vous trouverez selon les pays des options pour rencontrer d’autres entrepreneurs. L’intérêt est double. Tout d’abord, leur position d’entrepreneurs leur donne un regard différent de votre entourage. L’expérience leur permettra d’être plus pointus dans leurs questions et leur vision sera peut-être plus juste. Les objections seront aussi peut-être plus difficiles à lever. Mais surtout ils auront une bonne idée du contexte local ou international dans lequel vous allez construire votre projet.

Le deuxième atout de ces évènements : vous allez devenir le roi du pitch! Qesako ? Le pitch est l’argumentaire que vous allez dérouler pour décrire et promouvoir votre projet auprès d’une audience (clients, partenaires, financiers…). Il doit en quelques minutes brosser les contours de votre business model. La répétition va vous obliger à résumer en quelques phrases votre projet. En quelques minutes, il faudra séduire et être compréhensible. Si vous n’êtes pas capable de résumé votre business model en quelques phrases, c’est un mauvais indicateur. Soit il est trop compliqué, soit il ne peut pas fonctionner et il faut le retravailler.

  1. Analysez le marché

Votre marché existe-t-il ou devez-vous le créer ?

Si le marché existe et les concurrents sont nombreux, ce n’est pas un problème. Mais qu’allez-vous apportez de plus ou de mieux (un prix, un service, un avantage produit…) ?

Il y a peu de concurrence sur le marché et les leaders se reposent et manquent d’innovation, parfait, vous avez toutes vos chances !

Le marché n’existe pas et votre idée est révolutionnaire, très bien ! Il faut simplement avoir en tête qu’être le précurseur peut être plus long. Les mentalités peuvent ne pas être encore prêtes ou avoir besoin de beaucoup de preuves avant de se lancer.

Quel que soit l’état de la concurrence, chacun peut trouver sa place sur son marché. Il faut juste être conscient de sa concurrence. Le paysage concurrentiel déterminera les investissements nécessaires pour se démarquer ou évangéliser.

  1. Analysez les compétences

Êtes-vous la bonne personne pour cette idée ?

Tout porte à croire que votre idée est bonne mais un plan de construction sans ouvrier ne mènera nulle part ! Vous, ou l’équipe qui va mener ce projet, devez être les meilleurs pour avoir une chance de réussir et devenir le nouveau Google. Deux éléments sont déterminants : la passion et l’expertise.

L’expertise tout d’abord, c’est la somme de ce que vous (ou votre équipe) savez faire. Même si vous n’avez pas encore une équipe complète, il vous faut des connaissances de base et la capacité à créer quelque chose pour que vous puissiez démarrer. On ne lance jamais le produit ou le service parfait du premier coup mais il faut pouvoir rebondir rapidement en ayant les compétences en interne. Si vous décidez de lancer une nouvelle application pour révolutionner la médecine, il serait bon de vous entourer de médecin ou d’un professionnel de sante qui connaitra les législations par exemple. Chaque secteur a ses exigences et ses particularités. Si vous êtes seuls, faites un audit objectif de vos compétences. Si vous décidez de vous entourer, cherchez des compétences complémentaires, un « me too » ne vous apportera rien.

La passion. Il n’est pas nécessaire d’avoir une passion et de la décliner en business model pour être le nouveau Elon Musk. On dit même que plus le business model est ennuyeux plus il a des chances de bien fonctionner. On ne peut pas dire si c’est la passion qui génère le succès ou l’inverse. Etre enthousiaste au démarrage d’un projet est facile. Mais le succès prend du temps et peut ne jamais venir, il sera donc important que vous fassiez les choses avec passion pour tenir la distance ! En serez-vous capable ?

  1. Analysez vos besoins financiers

Tous les projets ne demandent pas le même effort financier. La prise de risque ne sera donc pas la même selon les idées. Beaucoup de conjoints d’expatriés choisissent de proposer des services pour créer un business nomade et capitaliser sur les anciennes expertises ou leurs nouvelles envies. Les frais sont donc souvent limités (License, site internet, frais de fonctionnement réduits). D’autres, séduits par leur pays hôte, lancent des lignes de vêtements, accessoires et doivent alors engager des frais plus importants pour la fabrication et les matières premières. Quel que soit le modèle choisi, il faudra dresser une liste des besoins financiers pour voir si vous êtes capables de supporter le coût ou si des financements externes sont à prévoir.

  1. Élaborez un vrai business model

Vous êtes désormais prêts à attaquer la partie effrayante du business model ! Inutile de vous lancer dans le business plan de 60 pages digne d’Apple, un business plan du type Canva tenant sur une page est déjà un excellent outil. Si l’on résume : qui a votre argent et comment va-t-il arriver dans votre poche ? Dans cette partie, il va falloir détailler votre offre, votre différenciation, votre concurrence, toutes vos sources de revenus, vos dépenses, la dream team. Cet exercice est la base de votre création à venir mais c’est surtout le dernier élément qui va vous permettre de valider votre idée. En posant tous ces aspects vous allez rapidement vous rendre compte si votre idée est viable économiquement ; si vous avez des chances de vous positionner par rapport à la concurrence ; Si votre cible est pertinente.

Tous les indicateurs sont au vert ? Foncez !

Le démarrage d’un projet est palpitant. Cependant personne n’a jamais trouvé d’or en planifiant. Ne testez donc pas indéfiniment votre idée même si cette validation est indispensable et demande beaucoup de temps. Ne cherchez pas la perfection. Faire assez bien est suffisant pour se lancer. Vous aurez le temps d’affiner plus tard. Démarrer en beauté n’est pas un must, finir en beauté oui !

Article réalisé par Sophie Courtin-Bernardo, Co-fondatrice de L-Startlogo L start et Sophie.png