Conseils d’auteurs expatriés dans le choix d’une maison d’Edition

Fotolia_38970571_Subscription_Monthly_M.jpgDans ce 3ème épisode de notre série d’articles sur « Ecrire un livre pendant mon expatriation, comment faire? », plusieurs auteurs qui ont vécu à l’étranger vous font part de leurs expériences de publication de leurs ouvrages auprès de maisons d’Edition.

Exemples de maisons d’Edition ayant publié des auteurs expatriés

Les maisons d’Edition sont listées ici par ordre alphabétique.

Amazon KDP

« La plateforme est facile d’utilisation et gratuite. La contrepartie est que la distribution des livres ne se fait que sur une seule plateforme. » Sophie Landrieux – Chroniques de l’Amérique au quotidien. – Les recommandations de Sophie dans la recherche d’un éditeur. 

Bernest

Cette maison d’édition a été créée par un couple de français expatriés en Autriche. Cet éditeur indépendant est spécialisé dans les livres bilingues pour enfants (français-allemand) et ne propose que des contrats à compte d’éditeur.

Bookélis

« Bookelis propose des services d’auto-édition. Ils sont rapides. Bonne réactivité lorsque l’on a des questions. On maîtrise les conditions de vente. Et les livres sont distribués sur des dizaines de librairies en ligne (dont Amazon).L’e-book mis en ligne est aux 3 formats utilisés par les liseuses (PDF, EPUB, MOBI). L’acheteur du livre (papier) à partir du site de bookelis doit payer des frais de livraison. Lorsque le livre est acheté sur un autre site que Bookélis, une commission (environ 30%) est récupérée par le site de vente. Je le conseille: maîtrise des conditions de vente, des coûts, des délais ». Lisa Delmey – Le Grand Concours

Create Space

« Create space est le site d’auto-édition du groupe Amazon. Il produit uniquement le format MOBI, pour les kindle. Les frais de douane lorsque l’on commande des exemplaires peuvent être très élevés, et on ne maîtrise pas toujours les délais de livraison, ni les taux de change.  Le contrat est en anglais, ce qui réduit la maîtrise de nos engagements (droits d’auteurs…). Son lien avec Amazon permet des classements des romans (et donc d’être « repéré » par un éditeur) et une facilité des ventes puisque beaucoup de consommateurs ont un compte Amazon ». Lisa Delmey

Edilivre

« Toutes les étapes se font par mail, du dépôt de manuscrit à la relecture, corrections et publications. C’est donc très facile de publier avec cette maison lorsque l’on est à distance! C’est une maison d’édition bienveillante avec les auteurs novices. Ils sont rapides dans leurs réponses lors de l’envoi de manuscrit. Il est en revanche nécessaire d’être actif sur la communication autour de son livre. Les ouvrages sont publiés aussi en e-book. » Ile – Ma fille est tatouée, tout va bien!

Eyrolles

« Eyrolles est une maison d’Edition très professionnelle. Les éditeurs prennent tout en charge (correction, mise en page, graphisme, distribution…) et donnent des méthodespour la rédaction. Eyrolles n’est pas spécialisé sur l’Expatriation. Ils sont très sélectifs dans le choix des auteurs et des projets. » Alix Carnot – Chéri(e), on s’expatrie !

Editions Kawa

« Cet éditeur propose des contrats à compte d’éditeur. Il n’y a donc pas de frais pour l’auteur. La rémunération se fait en fonction des ventes. Réactifs et très ouverts, ils ont été de vrais partenaires dans l’édition de mon livre. » Laure  de Pierrefeu – LA SECONDE FOUDROYANTE, à paraître Printemps 2017

Editions Tensing

« Editeur spécialisé dans les romans et récits liés aux voyages et aux différentes cultures. C’est un éditeur qui prend en charge l’édition du livre de A à Z. En tant que petit éditeur indépendant, la diffusion du livre en librairie est limitée. Mais bien sûr présence sur tous le site de l’éditeur, les sites de ventes en ligne, FNAC, Amazon etc… Editeur sérieux. » Juliette Tissot- Indian Therapy

Hachette Romans Jeunesse

« Hachette Romans Jeunesse fait partie de ces éditeurs qui lisent vraiment tous les manuscrits qu’ils reçoivent (dans la mesure où ils correspondent à ce qu’ils publient, à savoir de la littérature jeunesse) ». Bénédicte ParryOniria Tome 1 à 4 – Les recommandations de Bénédicte Parry

Librinova

« Librinova permet d’auto-publier son livre. Ils proposent de nombreux services dont l’accompagnement littéraire, les communiqués de presse. L’e-book mis en ligne est au 3 formats utilisés par les liseuses (PDF, EPUB, MOBI). La distribution du livre se fait sur des dizaines de librairies en ligne (dont amazon).Lorsque le livre est mis en ligne sur les sites de commercialisation, ces derniers prennent une commission de 30 % sur le prix de vente. Librinova est réactif et professionnel ». Lisa Delmey – Partie sans laisser d’adresse

Lulu.com

« Lulu.com est un site d’autopublication de livres, calendriers, vidéos, logiciels, musiques et sons en ligne. Nous avions lu de bons avis de cette solution dans les discussions sur Internet.Après une très mauvaise expérience avec une maison d’Edition (dépôt de bilan, nous n´avons jamais été payés, j´ai acheté des livres sur mon compte personnel qui ne m’ont jamais été livrés !! Impossible de récupérer mes exemplaires papier livres avec l’acheteur de l´usine), Lulu nous a semblé (à moi et mon conjoint) plus sérieux et surtout très réactif !! E n tan qu’auteur il faut être actif dans la diffusion de son livre ». Ambre Franrenet – Et si le bonheur se cueillait en Equateur / Sébastien Cazaudehore – La tourmente du serpent Onde de Choc

Olizane

« Cet éditeur a choisi le titre du livre, ce qui a été un très bon choix au final! 90% de notre manuscrit original a été gardé après relecture. C’est une maison d’édition familiale. Nous avons eu un très bon feeling et partenariat. La signature du contrat s’est faite très vite et avec sérieux. Après la sortie du livre, nous avons eu peu de retour de leur part ». Stéphanie Larrandabure et Alexia Delas – Philippines, Archipel des Paradoxes

Sandawe

« Sandawe est une plateforme collaborative pour soutenir les projets de BD. Le projet doit être sélectionné par l’éditeur sur dossier, et ensuite l’auteur doit réussir son financement en crowdfunding. Les frais d’édition sont payés si le financement est réussi. L’auteur n’a pas à mettre de sa poche. Il reçoit des services professionnels d’un éditeur spécialisé dans la BD. Le fait de faire campagne permet de trouver déjà un premier public, de tester ses idées, de convaincre. Les droits d’auteurs appartiennent à l’auteur. L’editeur prend un pourcentage si le livre est vendu par sa boutique (SandaShop), dans ce cas c’est 40%. Mais l’auteur peut se charger lui même de sa promo et de ses ventes. Ce mode d’édition est un vrai challenge: être selectionné, faire campagne, s’occuper des contreparties pour les gens qui ont financé (dessins sur-mesure en plus, calendriers, carnets, etc…) ». Caroline Gaujour – Ma Vie d’Expat – Destination Istanbul 

Société des Ecrivains

« Cette Maison d’Edition est plus accessible que les grandes maisons d’édition, ce qui m’a permis de publier mes 2 livres. Le format de mon livre étant très spécifique (livre photo pour jeunes enfants), je n’ai pas eu beaucoup d’aide de leur part ou de conseil pour la réalisation. J ai eu des refus pour des demandes spécifiques vu l’originalité de mes livres (code barre dans un zèbre, bord rond des livres, livre de coloriage à partir du livre dédié à l apprentissage des couleurs). Cet éditeur pour compte d’auteur applique des méthodes très standardisées, afin de réduire leur coût, et ainsi vous proposer un devis atractifs ». Julien Banaszuk – Les animaux multicolores – Caché, Retrouve moi !

Exemples de sociétés qui réalisent des couvertures

Les autres articles de notre série « Ecrire un livre pendant mon expatriation, comment faire? »: