Pourquoi la double carrière est-elle si importante?

chairs-253964_960_720Pourquoi est-il évident que les deux conjoints travaillent dans un couple ? En a-t-il toujours été ainsi ? Est-ce vraiment évident, dans tous les sens du terme ?

Voici des extraits de l’excellent Livre « Chéri(e) on s’expatrie » écrit par Alix Carnot, Directrice du Pole Expat Intelligence et des Carrières Internationales chez  Expat Communication.

L’évolution du travail des hommes

Sur ce thème (…), il est important de se retourner et de se souvenir d’où nous venons pour prendre conscience de l’accélération de l’histoire et de la nouveauté de nos modèles.

En 1750 Matthieu laboure la terre comme son père avant lui

Pour cela, comparons la situation de Matthieu, notre paysan du XVIIIe siècle avec la vôtre. (…) Matthieu n’a pas choisi son état. Il est paysan, fils de paysan, père de paysan certainement. Il n’a pas choisi non plus le lieu où il vit. (…) Il fait sa besogne, aux champs, avec les bêtes ou dans sa chaumière. Il oeuvre avec ses mains et son activité est répétitive. Matthieu fait « comme on a toujours fait ». D’après lui, il en sera toujours ainsi.

En 1970, Michel fait carrière

Pourtant, c’est bien autrement que vit son descendant Michel. Après son service militaire, il a été embauché comme commis dans la banque où va se dérouler toute sa carrière, d’augmentation en promotion, jusqu’à finir promu sous-directeur d’agence. (…) Après quarante-deux ans dans la même maison, il prendra une retraite bien méritée et recevra la médaille du travail. Pour lui, une carrière est une évolution linéaire au service d’une entreprise (…).

En 2015, Thomas bosse dans un incubateur

Difficile en effet de trouver le moindre point commun avec la vie de son fils, Thomas. Après un BTS de commerce international, celui-ci est parti pendant deux ans comme volontaire dans une association d’aide aux réfugiés en Asie. Son travail, bénévole, consistait à aider des Philippins à développer une entreprise de saisie informatique. À son retour, il a pris en charge la branche européenne de cette association en tant que salarié. Il travaille dans un hôtel d’entreprises avec des dizaines d’autres jeunes. Il lui faut compter avec le décalage horaire important qui le sépare de ses collègues aux Philippines. (…) Quand il va rencontrer des clients dans leur tour de la City, il se demande comment il pourrait survivre dans cet univers formaté et hiérarchique. La notion même de travail a évolué radicalement avec la liberté de choisir sa carrière ou son employeur, la fi n de l’emploi à vie et l’obsolescence rapide des compétences. Cette mutation s’accélère encore aujourd’hui.

Vous voyez combien tout cela a changé rapidement ? Attention, l’évolution du travail des femmes est encore plus sidérante.

La révolution du travail des femmes

Il est important de noter que la question des doubles carrières a une origine très récente : l’arrivée des femmes dans la sphère publique et professionnelle. Auparavant, le problème ne se posait pas en ces termes.

 Vers l’émancipation professionnelle en 4 étapes

(…) Le travail des femmes est aussi ancien que l’humanité. Ce sont les conditions de travail qui ont radicalement changé. Dans les sociétés traditionnelles, les femmes travaillaient, mais à l’instar de leurs maris, elles ne choisissaient pas leur activité qui se déroulait avec la famille à la ferme, dans l’atelier ou la boutique.

Sous l’Ancien Régime, le foyer comprenait généralement la famille élargie et lorsque la mère était aux champs, les anciens ou les aînés s’occupaient des jeunes enfants. Il y avait une continuité totale entre les activités professionnelles et domestiques.

Avec la révolution industrielle, les jeunes quittent leur village pour être embauchés à l’usine. La famille urbaine nucléaire (parents et enfants) se généralise. La femme ouvrière pour travailler dans les usines confi e ses enfants en nourrice. Au même moment, les thèses naturalistes de Rousseau ayant mis en valeur l’idée de la mère au foyer, la femme bourgeoise décidera d’élever elle-même ses enfants.

Dès que ses moyens le lui permettront, l’ouvrière arrêtera donc de travailler et cela sera considéré comme plus moral. Voilà comment est né le modèle de la ménagère de moins de 50 ans et la séparation foyer/travail !

La guerre de 1914 ouvre une parenthèse, car les femmes font tourner les fermes et les usines pendant que les hommes sont au front. Dès que les époux sont revenus, les femmes leur ont rendu les commandes. Celles qui ont continué après la guerre, notamment les veuves ou les femmes les plus modestes, vivaient souvent leur travail comme une contrainte. Cependant, la brèche s’élargit.

Au XXe siècle, sous l’influence des mouvements féministes, la femme acquiert peu à peu un statut juridique autonome et la plénitude des droits citoyens. Ce n’est qu’en 1965 qu’elle pourra décider seule de sa carrière. Le taux d’emploi des femmes et surtout leur plein accès aux responsabilités progressent lentement.

(…) Le progrès technique a aussi pour eff et de bouleverser la répartition des rôles au sein du couple. Passons en revue quelques inventions : l’eau courante, le lavelinge, le tracteur, le révolver…

Elles ont deux conséquences majeures : l’allégement du poids des corvées ménagères et l’atténuation de l’importance de la force physique. D’un côté, la femme est moins contrainte par les besoins domestiques. De l’autre, sa valeur économique rejoint celle de l’homme dans une économie mécanisée, puis de service et enfin de la connaissance. En 2015, Alice et son compagnon Thomas, les descendants de notre Jeanne de 1714, sont professionnellement interchangeables (…). Enfin, les nouvelles technologies, en dématérialisant les relations, atténuent encore l’importance des distinctions physiques entre hommes et femmes. Lorsque Thomas travaille par e-mail, sa voix mâle et sa haute stature ne convainquent pas plus les clients que la chevelure souple d’Alice. Si bien qu’Alice pense qu’il est évident qu’elle va faire une carrière aussi brillante que son Thomas, ce qui dans les faits, est un petit peu plus compliqué qu’elle ne le pense. À 30 ans, elle ne s’en préoccupe pas et proclame, un peu rapidement, que les questions de parité sont dépassées (…).

L’apparition du couple à double carrière

Nous avons vu jusqu’ici comment le travail des femmes est devenu possible. Voyons quatre raisons pour lesquelles il apparaît maintenant nécessaire, voire évident.

1- Des débuts de carrière paritaires

Au XIXe siècle, l’éducation des fi lles, jusqu’ici très inégale, est progressivement rendue obligatoire puis alignée sur celle des garçons. Au XXe siècle, leur niveau d’étude rattrape voire dépasse celui des garçons et leurs débuts de carrières s’alignent. Jusque dans les années 1980, une fois en couple, une majorité de femmes mettaient leur carrière en sourdine et le modèle le plus courant était celui de la solidarité financière entre époux. Aujourd’hui, de plus en plus nombreuses sont les femmes qui demeurent célibataires ou qui souhaitent poursuivre, malgré le couple et les enfants, une carrière si bien commencée.

2- Préserver l’indépendance économique de chacun

La diffusion du divorce a un impact radical sur la carrière des femmes. Le couple n’est plus forcément considéré comme la fusion indissoluble de deux entités complémentaires et donc solidaires. Dans cette optique, chacun pouvant à tout moment reprendre son indépendance. (…) L’indépendance économique de chacun des conjoints n’est alors pas « préférable » ; elle est non négociable.

3- Le travail comme facteur d’épanouissement

L’étymologie du mot travail se rapproche de l’idée de torture et évoque un effort physique pénible, que l’on entend encore dans le « travail » de la femme en couches ou dans les craquements du bois qui travaille. Sous l’Ancien Régime, rappelons-le, une femme bien née ne travaillait pas, mais son mari non plus ! Aujourd’hui, bien sûr, le travail conserve une part de pénibilité et de souffrance. Cependant, il est aussi considéré comme un vecteur d’intégration sociale, un moyen d’autonomie financière et un facteur d’épanouissement si bien que le fait d’en être privé est vécu comme une discrimination. (…)

4- Des carrières plus précaires

Le contrat à durée indéterminée, même s’il reste plébiscité par les salariés, voit sa part décroître rapidement du fait de la montée du chômage et de l’accélération des cycles de décision des entreprises. (…) Dans un monde où les carrières sont moins linéaires, où les relations sont davantage virtuelles, où les compétences apparaissent aussi vite qu’elles deviennent caduques, le rapport au travail va sans doute être encore profondément modifié . (…)

De la conquête à l’obligation ?

Le couple à double carrière se généralisant, il devient peu à peu la norme et presque un impératif. Les grands équilibres économiques sont de plus en plus établis pour des couples avec deux salaires, notamment les prix de l’immobilier citadin. Aujourd’hui, les politiques publiques incitent davantage les femmes à rester actives (diminution des pensions de reversion et des congés parentaux).

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s